Dans la presse
Entre rires et larmes, cette désopilante fiction du réel revient aussi sur l'envers du décor et la condition d'un écrivain du XXIe siècle.
Christel Murcia - Biblioteca

Livre écrit comme un journal avec des détails aussi précis que possible. Il n'y a aucune peine, aucun regret mais dans chaque chapitre se trouve une écaille d'amour. C'est un grand retour de Nicolas Rey.
Jacques de Bono-Scotto - Le Petit journal de Comminges

C'est du Rey à son meilleur, inspiré. Nous avons lu de bout en bout de manière jouissive.
Daniel Rolland - www.culturehebdo.com

Son livre, découpe en chapitres brefs et percutants, est drôle. Et d'une tristesse insondable. On se surprend à croire, en l'accompagnant dans cette poignante quête de vérité, à des lendemains qui chantent. Ou qui fredonnent. C'est déjà ça.
Nedjma Van Egmond - Marianne

L'insondable chagrin d'amour de Nicolas nous touche au plus profond.
Catherine Schwaab - Paris Match

Avec une sincérité à laquelle cet affabulateur ne nous avait guère habitués et un humourquia survécu au spleen, Nicolas Rey bat sa coulpe.
Jérôme Garcin - La Provence

En lisant Dos au mur, on finit par penser à une sorte de Baudelaire des temps modernes.
Émile Cougut - www.wukali.com

Il manie la plume avec justesse et, plutôt que de jouer la carte du repentir, il ose un ton décalé et déjanté, qui émeut aux larmes ou génère de grands instants de rire.
Daniel Bastié - Bruxelles Culture



© realisation de sites