Jacques Verges
Que mes guerres étaient belles !


Essai
Editions du Rocher
jeudi 5 avril 2007

18 euros - 193 pages

Le livre
LE LIVRE : « Le polémiste implacable », « le dissident absolu », « l'avocat du diable », autant d'appellations qui caractérisent l'avocat le plus célèbre et controversé de notre époque.
Jacques Vergès, plaideur des causes extrêmes, se penche ici sur son métier ponctué par les événements historiques (Seconde Guerre Mondiale, guerre d'Algérie...) auxquels il a pris part de manière active. Des notions-phares tracent le cadre de son récit : l'anti-colonialisme, la lutte contre la torture, le respect des Droits de l'Homme... Jacques Vergès se fait fort de mettre en exergue sa définition de la Justice, une Justice Universelle. Ni avocat de gauche, ni avocat de droite, il se proclame avocat des Hommes.
Les combats de Jacques Vergès, associés à de nombreux procès sulfureux (Klaus Barbie, S. Milosevic, O. Raddad...) s'apparentent à des rendez-vous avec les guerres. Celle d'Algérie, où il s'est engagé à combattre toutes les formes de torture, en mettant au jour les conditions de détention des prisonniers de guerre et autres magouilles politico-financières. Cependant, au croisement d'un chemin judiciaire et politique, le célèbre avocat n'est pas dupe. Il sait que la défense des grands criminels est à double tranchant : la mort fait partie intégrante du processus. Certains amis et collègues en ont été les victimes honnêtes. La Démocratie est lâchement assassinée par le Pouvoir.
Jacques Vergès cherche à comprendre le mécanisme de l'esprit criminel et ses réelles motivations. Il compare l'oeuvre de Justice à une oeuvre littéraire, où « l'art » de la dialectique et de la rhétorique devance la simple technique de répétition.
Un dialogue (Le dialogue des morts) imaginé entre les deux plus grands criminels de l'Histoire occidentale, Hitler et Staline, se glisse dans le récit. Ils confrontent leur point de vue sur la question du colonialisme. Un face à face d'une franchise brutale qui propose un éclairage sans fard sur ce qui a changé la face du monde.
Jacques Vergès ne juge pas les individus ni les actes, mais combat le crime par le biais d'une réflexion humaniste.

L'AUTEUR : Avocat de réputation mondiale, Jacques Vergès fut résistant, communiste et militant anticolonialiste. Il a publié, entre autres, Le salaud lumineux : entretiens aux Éditions Michel Lafon en 1990, Avocat du diable, avocat de Dieu aux Presses de la Renaissance en 2001, et le Dictionnaire amoureux de la justice aux Éditions Plon en 2002.
L'auteur
– Né le 5 mars 1925 à Oubone (Thaïlande)

– Etudes secondaires à La Réunion puis au lycée Louis-le-Grand à Paris

– Engagé dans les Forces Françaises Libres en 1942

– Etudes à Paris : histoire, langues orientales, droit

– Secrétaire de l'Union Internationale des Etudiants 1950-1954

– Inscrit au Barreau de Paris en 1955

– Premier secrétaire de la Conférence en 1956

– Défenseur du FLN 1956-1960

– Conseiller du ministre des Affaires africaines au Maroc 1961

– Fondateur et directeur de l'hebdomadaire Révolution Africaine à Alger 1962-1964

– Directeur du journal Révolution à Paris 1964-1965

– Avocat à Alger 1965-1970

– Avocat à Paris 1979-2006
© création de sites web