Marina Dédéyan
L'Aigle de Constantinople


Roman historique
Editions Flammarion
vendredi 15 février 2008

21,90 € - 575 pages

Le livre
Andronic et Manuel sont cousins. Ils ont tout pour eux, la naissance, la beauté, l'intelligence, la hardiesse. Et rien ne semble pouvoir entamer leur indéfectible amitié, leur passion partagée des femmes et des actes héroïques, leurs rêves communs de gloire.
Mais, au printemps 1143, Manuel, après la brutale disparition de son père et de ses frères aînés, se retrouve à la tête de l'Empire Romain d'Orient, l'Empire byzantin. Bientôt trahi par son compagnon de toujours, devenu le tout puissant basileus, Andronic remâche sa rancune. La méfiance et la jalousie remplacent peu à peu l'affection entre les deux hommes. Au fil des intrigues de la cour, dans l'impitoyable jeu des convoitises, Andronic se retrouve en prison. Il s'évade, revient en grâce, est exilé de nouveau. La Russie, la Hongrie, Chypre, la Syrie, la Palestine, de pays en pays, de femme en femme, Andronic s'engage dans un incroyable périple. Son amour interdit pour la belle Théodora, sa cousine, reine de Jérusalem, le conduira jusqu'à Damas, Bagdad, Tbilissi, Erzerûm.
Sa route croisera celle des grandes figures de son temps, le redoutable Masûd, sultan d'Iconium, le roi Amaury de Jérusalem, le jeune et ambitieux Saladin, mais aussi celle d'autres personnages étonnants, Warda, la femme-enfant au don de voyance et l'inquiétant mage Isaac Aaron, Yacob, l'eunuque au lourd secret, ou encore Maraptikè l'insolente joueuse de flûte.
Après ses longues années d'errance, Andronic pourra-t-il enfin revenir à Constantinople accomplir sa terrible vengeance et s'emparer de cette couronne tellement désirée ?

Dans une reconstitution historique fidèle, « L'aigle de Constantinople » invite le lecteur à un voyage haletant au coeur des civilisations du Moyen-Orient médiéval. Le roman retrace sur le ton du péplum la vie d'un homme hors du commun, peu connu du grand public, au travers de laquelle se dessine la vieille rivalité entre Orient et Occident, le déclin inexorable de l'Empire Byzantin face aux Turcs et aux Croisés.
L'auteur
Marina Dédéyan est née à Saint-Malo, la cité des corsaires et des grands navigateurs, un signe peut-être, une invitation aux voyages et aux rêves, dans une famille nourrie d'histoires et quelque peu bousculée par l'Histoire.
Editeurs, ses ancêtres paternels traduisirent en arménien Dumas, Balzac ou encore Lamartine, avant de fuir Smyrne et les persécutions contre leurs compatriotes pour trouver refuge dans leur pays de coeur, la France.
C'est la révolution bolchevique qui conduisit ses arrière-grands-parents maternels à quitter Saint-Pétersbourg. De ce côté-là aussi on aimait les lettres et on recevait écrivains et artistes. Une cousine, Lou Andréas Salomé, abritait ses amours avec Rilke dans un pavillon de chasse mis à sa disposition.
En France, les uns et les autres continuèrent pour la plupart à peindre, à écrire, à raconter, à collectionner les livres, à fréquenter les auteurs...
Traductions de Somerset Maugham, virées sur la Côte d'Azur en compagnie d'Hemingway, Marcel Pagnol en visite, et cette photo du grand-père, professeur de littérature comparée à la Sorbonne, qu'il garda toujours sur son bureau. Il y est entouré de Roland Dorgelès et Maurice Genevoix.
Des noms mythiques, si impressionnants qu'ils peuvent empêcher d' écrire. Comment oser ? Mais que faire d'autre quand on a eu pour héros Bayard, Du Guesclin, Surcouf ou Lancelot du Lac et Arthur ?

Marina passe son enfance et son adolescence à Montpellier. Elle aime se promener sur les remparts d'Aigues-Mortes, habités par l'ombre de saint Louis, rêve au trésor des Templiers enfoui au flanc du Pic Saint Loup.
Après avoir rejoint les mirages de la Capitale et travaillé dans l'informatique quelques années pour oublier les démangeaisons au bout de ses doigts, elle ne peut plus résister à l'appel impérieux du clavier ni à celui de la bibliothèque de son père, historien.

Lauréate du Prix Marie-Claire du Futur Ecrivain en 2003, elle est l'auteur de « Moi, Constance, princesse d'Antioche » (Stock 2005 – Livre de Poche 2007). « L'Aigle de Constantinople » est son deuxième roman.
Aujourd'hui, elle partage son temps ses différentes vies de maman, auteur et responsable marketing dans le conseil immobilier.
© com 3 pom