Gilbert Sinoué
Erevan


Roman
Editions Flammarion
mercredi 14 janvier 2009

21€ - 354 pages

Le livre
Istanbul, 1896. Sous le règne du sultan Abdül-Hamîd, dit le « Sultan rouge ». Le 26 août, une poignée de résistants Arméniens prend en otage deux cents fonctionnaires de la banque impériale ottomane et réclame une série de mesures en faveur des deux millions de leurs coreligionnaires qui vivent au sein de l'Empire ottoman. Leurs revendications font suite à une série de massacres qui se sont déroulés quelques mois plus tôt à l'instigation du sultan, faisant près de 300 000 victimes. Parmi les résistants, un jeune homme d'une vingtaine d'années : Hovanès Tomassian. Au terme de plusieurs heures de négociations, les « terroristes » sont autorisés à quitter les locaux de la banque sains et saufs, mais à la condition de quitter la Turquie pour toujours. Dix-huit ans plus tard, Anatolie orientale. C'est au coeur de cette région de Turquie, dans la ville d'Erzeroum, que vit la famille Tomassian, l'une des plus vieilles familles arméniennes du district. Il y a Vahé, le grand-père, ses deux fils, Achod et Hovanès. Lequel a fait partie, 18 ans auparavant, des preneurs d'otage de la banque ottomane. On trouve aussi Anna, - l'épouse d'Achod - et leurs deux enfants : Chouchane, la fille, 14 ans, et Aram, 12 ans. C'est à travers le regard de cette famille que le lecteur vivra la tragédie de 1915, au cours de laquelle plus d'un million et demi d'Arméniens seront soit massacrés, soit déportés vers les déserts de Syrie et d'Irak. Les Tomassian sont emportés par ce tourbillon dévastateur ; ne survivront que les deux adolescents : Chouchane et Aram. Ce sont eux les héros de ce roman-vrai. En 1921, miraculeusement rescapé, Aram intègre un groupe de « vengeurs » arméniens, connu sous le nom de Némésis, dont la mission est de retrouver les responsables turcs qui, après l'Armistice, se sont réfugiés en Europe. Tous ont été jugés et condamnés à mort par contumace par les nouveaux dirigeants turcs. Le 21 septembre 1991, l'Arménie, du moins ce qu'il en reste, est déclarée République indépendante.
L'auteur
Né au Caire. Père Égyptien, mère d'origine française, grand-mère maternelle grecque, il baigne dans une atmosphère pluriculturelle qui forgera en lui le sens profond de la tolérance dont on retrouve la trace dans la plupart de ses écrits. Après des études chez les Jésuites, il part pour le Liban où il vit environ deux ans. Il s'installe à Paris en 1968. Études de guitare classique à l'École Normale de Musique. Il enseigne dans le même temps qu'il compose des textes de chansons pour des interprètes aussi divers que Nicole Croisille, Claude François, Jean-Claude Pascal, Dalida, Annie Cordy, Marie Laforêt ou encore Jean Marais. En 1986, il abandonne le métier de parolier pour se consacrer entièrement à la littérature. À ce jour, il a publié une vingtaine d'ouvrages, romans, essais et biographies confondus. On peut citer entre autres : Le Livre de Saphir, Prix des Libraires 1996, Avicenne ou la Route d'Ispahan, L'Enfant de Bruges, Les Silences de Dieu, Grand prix de littérature policière 2004 et, Des jours et des Nuits qui a fait l'objet d'une série télévisée sur France 3 avec dans les rôles principaux Stefan Freiss et Claire Nebout. En 1992 il écrit le scénario et les dialogues d'un feuilleton fleuve, (150 épisodes) diffusé sur TF1. Le destin du Dr Calvet. Il a aussi collaboré à l'écriture de La légende des trois clefs, diffusée en 2008 sur M6. La majorité des romans de Gilbert Sinoué sont régulièrement traduits en une dizaine de langues.
© réalisation sites