Christian Millau
Dieu est-il Gascon ?


Récit
Editions du Rocher
jeudi 9 février 2006



Le livre
" On croit savoir, en général, que la Gascogne se trouve en bas de la carte de France, vers la gauche. Erreur. La Gascogne est une fantaisie, un roman qui n'existe que dans l'imagination des Gascons. La Gascogne est mon pays. Je n'y ai pas de maison, aucune terre, pas même un bout de vigne... Le matin, je me brosse les dents à l'ail et me les rince au jurançon. J'attaque la journée avec une tartine de foie gras ; à midi, je me réconforte avec une garbure, un magret de canard ou un cassoulet et le soir, je baisse le rideau sur une sauce de cèpes ou une brouillade de truffes Le dimanche, bien sûr, je sors la poule au pot."
L'auteur
Devenu célèbre avec son guide gastronomique, le " Gault-Millau ", Christian Millau se consacre depuis 1995 à l'écriture et il a déjà publié dans des genres très divers plusieurs succès :

La biographie littéraire : " Au galop des Hussards " (de Fallois), Grand Prix de l'Académie Française de la biographie, Prix Joseph Kessel
La satire politique : " Une Campagne au soleil " (de Fallois)
La mémoire de notre temps : " Paris m'a dit " (Plon), " Bons Baisers du Goulag " (Plon)
Le roman policier : " Commissaire Corcoran " (Plon)

Christian Millau est né en 1929 d'un père parisien et d'une mère moscovite. Sa formation à Sciences Po et en faculté de Droit le conduit tout d'abord, à l'âge de 20 ans, au service de politique intérieure du Monde. Sa rencontre en 1951 avec Roger Nimier déclenche un virage radical dans sa carrière et l'oriente vers le journalisme littéraire (Opéra, Arts, Le Nouveau Candide, La Parisienne, L'Express...) Un détour, en compagnie de Paul Guimard et de Lucien Godard, par Hong Kong, où il se retrouve assistant d'Orson Welles pour un court métrage qui sera diffusé à Cinq Colonnes à la une précède son retour en France et sa collaboration à Paris Match et Elle. Rejoignant ensuite la rédaction en chef de Paris-Presse, il couvre notamment la fin de la guerre d'Algérie, les procès des chefs de l'OAS et à Dallas, les suites de l'assassinat de Kennedy avec le procès de Jack Ruby.

Survient alors un épisode déterminant dans sa vie : son association avec Henri Gault pour lancer les guides et le magazine " Gault-Millau " dont le succès international vaudra aux deux auteurs en 1980, la couverture du magazine américain Time, privilège accordé depuis 1923 à 42 français seulement.

EXTRAITS DE PRESSE

Au Galop des Hussards

" Un enchantement. On ne pourra parler de cette époque sans se référer à ce livre clé (Jean d'Ormesson, Le Figaro)
" Une épopée de l'audace... Passionnant (Sébastien Lapaque, Le Figaro Littéraire)
" Une chanson des amitiés perdus qui serre le coeur " (Angelo Rinaldi, Le Nouvel Observateur)
" Sabre au clair pour tuer l'ennuyeux moralisme de l'après-guerre " (Jean-Pierre Amette, Le Point)
" Si vous ne devez lire qu'un livre, cette année, sans hésiter c'est celui-là. Un vrai régal " (Charles Ledent, La Meuse)
" Ici, le journaliste est de la plus brillante espèce : de celle qui n'a plus guère de représentants " (Lucien Guisard, La Croix)

Paris m'a dit

" Un sens inouï de l'image qui frappe " (Stéphane Hoffmann, Le Figaro Magazine)
" Un livre tout barbouillé d'allégresse. Un des plaisirs évidents de la rentrée " (Marc Lambron, Le Point)
" Ce diable d'homme goûte, assaisonne, déglace et rallonge. C'est le maître saucier de tous les secrets. Tout cela est étourdissant. " (François Cérésa, Le Nouvel Observateur)
" Le plus drôle, le plus fiable des mémorialistes. Un véritable feu d'artifice " (J. de Decker, Le Soir de Bruxelles)

Une Campagne au Soleil

" L'esprit hussard. Drôle et décapant. Corruption, tripatouillages des listes électorales, chantage, désinformation, trafic d'influence, rien ne manque " (C. Rousseau, Le Monde)
" Merveilleux, insolent, cynique et tendre " (Nicolas d'Estienne d'Orves, Le Figaro Littéraire)
" Un grand croqueur de portraits à la Daumier " (FR3)

Bons Baisers du Goulag

" Toute la tragédie du totalitarisme européen. On pleure, on s'indigne mais on sourit quand même. Un grand bonheur de lecture " (Jacques Duquesne, L'Express)
" Un écrivain est né " (J.C. Raspiengeas, La Croix)
" Un bel éloge de la liberté " (Olivier Barrot)
" Une quête haletante, tour à tour drôle et grave " (Fabienne Jacob, Le Nouvel Observateur)
" Un conte d'or et de sang où Millau fonce avec les étrivières du cosaque et la sagesse du moujik " (François Cérésa, Le Figaro Littéraire)
" Un récit plein de vent qui vous emporte vers la sauvagerie de l'homme mais aussi la vie, l'espoir et la liberté " (Jacques Gantier, Nice-Matin)

Commissaire Corcoran

" Il flotte un délicieux parfum de Marcel Aymé sur ce roman où la justice des hommes, le pouvoir et les institutions en prennent un coup " (Christian Authier, Le Figaro Magazine)
" Cynique, indulgent, cocasse, il marie en gourmet le sucré et le salé (Claude Imbert, Le Point)
" Entre roman classique et roman policier, Millau réussi son coup. C'est comme si Rouletabille allait se taper la cloche chez Dutournier en lisant Tintin et les 'Sept boules de cristal'. Un sacré gastronome " amoral ", on reconnaîtra sans effort Christain Millau lui-même, bien décidé à dire son fait à une époque, la nôtre, qui l'écoeure profondément " (Jean-Claude Perrier, Livres-Hebdo)
" Noir et farceur, écriture gourmande, humour caustique, Christain Millau campe entre Balzac, Mauriac et Marcel Aymé. Foi de Corcoran, quel bon livre ! " (Jacques Gantier, Nice-Matin)
© création de site