Lucia Etxebarria
Cosmofobia


Roman Etranger
Editions Héloïse d'Ormesson
jeudi 19 avril 2007

23 euros - 382 pages

Traduit de l'espagnol par Maïder Lafourcade et Nicolas Véron
Le livre
LE LIVRE Un quartier populaire du centre de Madrid, Lavapiés. Comme de fil en aiguille, Cosmofobia présente X qui connaît Y puis Y qui connaît Z, etc. À la manière de Short Cuts, chaque chapitre s'attache à un personnage avec pour unité de lieu un ancien lycée converti en centre associatif destiné aux femmes en difficulté et son annexe qui sert de halte-garderie.
Antón ouvre le bal. Ce jeune homme de vingt-deux ans est doté d'une ex-fiancée, Irene, et de deux maîtresses, l'une surnommée La Mama, et l'autre, aux jambes somptueuses, Sonia, dite La Chunga, parce qu'elle se plaint tout le temps. Mais Antón a le béguin pour l'éducatrice de la garderie, Claudia, au point de s'inscrire comme bénévole à la ludothèque. Puis vient le tour de La Chunga, Sonia, qui n'a qu'un rêve, partir de chez elle, quitter sa mère trop soumise à son père violent. Mais ce n'est pas avec son travail d'opératrice dans un centre d'assistance informatique qu'elle y arrivera. On découvre alors La Mama : Miriam. Elle a été autrefois très amoureuse de Jamal, rencontré à Paris, venu la rejoindre à Madrid, pour qui elle a tout quitter. Le roman se referme sur Le Beau terrible (en français dans le texte), le fameux Jamal, peintre célèbre (fils d'un ancien ministre du roi du Maroc et d'une libanaise de la famille Hariri) qui a construit sa carrière en « draguant » des personnalités. De lit en lit, Jamal a poursuivi son ascension et ouvre un bar dans le quartier de Lavapiés. La boucle est bouclée.
Dix-sept histoires d'amour et de ruptures pour capter au plus près l'essence même de ce quartier métissé qui représente le monde de demain, avec Jamal au coeur du livre car il en est emblématique.
L'auteur
L'AUTEUR Née en 1966, Lucía Etxebarria vit aujourd'hui
à Madrid. En 1996, elle publie Amour, Prozac et autres curiosités. Elle a reçu, entre autres, le prix Nadal (1998) pour Beatriz et les corps célestes et le prix Planeta (2004) pour Un Miracle en équilibre. Son dernier livre, Ya no sufro por amor (à paraître chez EHO en 2008), s'est hissé en quatre jours sur la liste des meilleures ventes espagnoles.
© agence internet