Sophie Audouin-Mamikonian
Clara Chocolat
L'Ane I Ver Cerf

Jeunesse
Editions du Toucan
mercredi 19 septembre 2007

6,95 euros - 28 pages

Le livre
Véritable « petite soeur » de Tara Duncan, l'autre héroïne de Sophie Audouin-Mamikonian, Clara Chocolat est une petite fille moderne et délurée, amusante et délicieuse mais surtout, une sorte de mini sorcière bien aimée.
Sauf que ce n'est pas elle qui possède des pouvoirs, mais son ami Bouba, un improbable génie en couche culottes, qui déclenche catastrophes et cataclysmes.

Désireuse de cacher son « ami imaginaire » à ses parents, Clara devra déployer ruses et imagination pour réparer ses désastreuses interventions.

Chaque livre de Clara Chocolat explore un mot.

Le premier album, l'Ane I Ver Cerf, dévoile aux enfants le monde des charades et leur explique à quel point chaque mot peut se transformer en plusieurs autres.
Nicolas, l'ami de Tara, involontairement métamorphosé en cerf par Bouba, comprendra physiquement ce qu'est une charade, tout en essayant de cacher sa transformation aux « Grands ».

Sans leçon ni volonté d'académisme, Clara est une façon originale d'apprendre de nouveaux mots et de nouvelles expressions à un jeune lectorat.

Toute la série est basée sur le même principe, chaque livre se décline sur une situation loufoque, engendrée par un mot.

Avec CLARA CHOCOLAT, les mots sont magiques !
L'auteur
Sophie Audouin-Mamikonian est née le 24 Août 1961 à Saint Jean de Luz.
Après la séparation de ses parents, elle est essentiellement élevée par sa grand-mère Catherine, tandis que son grand-père, Pierre Veber, ex-directeur du Matin de Paris et grand littéraire, lui lisait, dès ses six mois, Dumas et Hugo, Corneille et Molière en la gavant de sucreries. Lors des dîners, où elle n'avait pas le droit de parler, seulement celui d'écouter, son grand-père puisait dans sa prodigieuse mémoire pour déclamer alexandrins et quatrains sans jamais se tromper. Elle en a gardé une soif absolue de lecture et des pièces en vers (raison cachée pour laquelle ses incantations riment) et un sérieux faible pour tout ce qui est sucré.
Sa grand-mère écrivait en douce, sous le pseudo de Georgette Paul, car à l'époque, il n'était pas si bien vu dans sa famille que ce soit une femme écrivain. Editée chez Flammarion (Neige, Mademoiselle Fanny), ses oeuvres étaient de palpitantes et tumultueuses histoires d'amour qui ont quelque peu gâché les efforts de son grand-père à ouvrir Sophie aux Belles Lettres. Mais le pervertissement le plus absolu vient de son beau-père. Il lui fait découvrir la Science Fiction... Très vite, Robots et X-mens prennent la place des mousquetaires et le Cid et sa Chimène sont relégués aux oubliettes.
A douze ans, clouée par une crise d'appendicite, Sophie commence à écrire de premières et fiévreuses ébauches de Fantasy. Depuis, le stylo n'a plus quitté ses doigts, très vite remplacé par un apple, puis par un pc. Elle écrit Tara Duncan juste après la naissance de sa première fille Diane en 1987, après avoir redécouvert Shakespeare. Elle s'en inspire, ainsi qu'Homère, pour faire surgir AutreMonde des limbes de son imagination. Elle termine ce gros livre de 1000 pages, juste après la naissance de sa seconde fille, Marine, en 1990. Il ne fut édité qu'en 2003, au moment où, enfin, la magie devint à la mode grâce à celui-qui-a-une-cicatrice-sur-le-front.
Sophie Audouin-Mamikonian, d'origine russo-arménienne par sa mère et sa grand-mère, d'où ce titre de Princesse Mamikonian, a aussi passé un DESS de diplomatie et Stratégie. Ceci après avoir baguenaudé pendant dix ans entre agences de Pub (Séguela) et autres travaux d'écriture, encourageant son brillant mari -(ils sont mariés depuis vingt ans)- à devenir milliardaire afin de lui permettre d'écrire (et rire)
Car le maître mot de sa famille est bien celui-là. De Tristan Bernard, son arrière grand oncle, à Francis Veber, le frère de sa mère, en passant par son arrière grand père Pierre-Gilles Veber (Fanfan la tulipe, Macao, l'enfer du Jeu), ils ont tous dans le sang le goût du rire et de l'écriture.

Après avoir écrit Tara Duncan, et « envouté » des dizaines de milliers de fans dans le monde entier, Sophie Audouin-Mamikonian accepte enfin de faire publier Clara Chocolat aux Editions du Toucan. Cette série est tirée des histoires qu'elle inventait à ses deux filles, Diane et Marine, lorsqu' elles étaient petites. Et ceci à la demande de ses fans qui voulaient faire découvrir son univers loufoque et débridé à leurs petits frères et petites soeurs

© conception site