Voltaire
Candide



Les Editions des Saints Pères
lundi 13 avril 2015

184 pages / 189 €

Le livre et l'auteur

Où est passé l'esprit des Lumières ?
À l'heure où notre pays s'interroge sur lui-même, il nous a paru utile et pertinent de proposer une édition inédite : celle de Candide.
Le sous-titre de ce conte philosophique (ou L'Optimisme) indique notre état d'esprit au moment de ce choix éditorial. Il est une modeste contribution aux réflexions d'aujourd'hui, une carte postale envoyée depuis le pays qui nous est cher : celui de la tolérance, de l'humour satirique et du goût immodéré pour la lutte contre le fanatisme et l'obscurantisme.

Un manuscrit perdu pendant des siècles, retrouvé et publié pour la première fois.

Fortes de cette conviction, les Éditions des Saints Pères ont donc décidé de publier le manuscrit de Candide. Pendant des années, personne ne savait où il se trouvait, et même les spécialistes de Voltaire le pensaient perdu.
C'est finalement en fouillant dans les archives de la bibliothèque de l'Arsenal qu'il fut découvert en 1957.
Il s'agit de la première édition de ce manuscrit. C'est donc la première fois que le public peut avoir accès à ce document inédit.
Il permet d'entrevoir les coulisses de la création littéraire de Voltaire, ce qui en fait un objet majeur et majestueux

Truffé de fautes d'orthographe.

Au premier regard, c'est l'élégance de l'écriture qui frappe. C'est tout le raffinement subtil du XVIIIe siècle qui apparaît dans ce manuscrit.
Un regard plus attentif détectera qu'il contient de nombreuses fautes d'orthographe - ce qui ne manque pas de cocasserie quand on connait la place qu'occupe ce texte aujourd'hui dans les programmes scolaires ! - la plus savoureuse étant celle contenue dans le titre : Candide ou L'Optismime.
Les règles de l'orthographe ne furent réellement figées qu'au XIXe siècle. Cette normalisation commence dès la parution du premier Dictionnaire de l'Académie française. Laquelle adopta en 1835 des réformes réclamées au siècle précédent par Voltaire.

Une version inédite des aventures de Candide.
Le manuscrit original ne correspond pas totalement à l'édition finalement publiée. Certains passages ont été ajoutés, d'autres enlevés ou corrigés. Le chapitre sur Paris, par exemple, où la capitale y est décrite comme "la ville de tous les enfers", apparaît dans ce manuscrit, mais a finalement été supprimé par Voltaire au moment de la publication


Publié sous pseudonyme pour contourner la censure.
A sa sortie en 1759, Candide ou l'Optimisme connaît immédiatement un prodigieux succès. On le lit partout en Europe. Mais c'est aussi un scandale retentissant. Voltaire n'a pas signé le texte. Publié sous pseudonyme pour contourner la censure, il porte seulement la mention « traduit de l'allemand - de Mr le Docteur Ralph ». Le philosophe s'empressera d'ailleurs de contredire tous ceux qui lui en attribuent la paternité :

« J'ai lu enfin Candide. Il faut avoir perdu le sens pour m'attribuer
cette coïonnerie. J'ai Dieu merci de meilleures occupations. »



Un document majeur de notre patrimoine culturel.
En marge de ce qu'il représente, le manuscrit de Candide est aussi un document visuel important. On y retrouve l'élégance de l'écriture du XVIIIe, qui ravira non seulement les connaisseurs, mais surtout les amateurs de littérature et de belles lettres.
Également en annexe, une lettre de Voltaire niant la paternité du texte :
« Je viens de lire enfin ce Candide. Je trouve cette plaisanterie dans un goût singulier [...]. Je vous conseille de ne les pas produire et de retirer les exemplaires si vous en avez. C'est un conseil d'ami et d'amis que je donne à mes amis. »

Le manuscrit original a été composé de petits cahiers de quatre pages reliés ensemble. Chaque fin de cahier mentionne le premier mot du suivant.
Le livre est assemblé par les ateliers Babouot. à Lagny sur Marne. Chaque coffret est fabriqué à la main.

© agences internet